Flottille de la Liberté, les menaces d’Israël doivent être condamnées

Plus le départ de la Flottille de la Liberté approche, plus les pressions et les menaces de recours à la force de la part du gouvernement israélien se renforcent. Le gouvernement français et les Nations unies doivent prendre leurs responsabilités et protéger les participants de la flottille. Comme en mai 2011, le gouvernement israélien n’a aucun droit d’utiliser la force.

La coalition internationale de Flottille de la Liberté II a appris que le gouvernement israélien avait annoncé à la Turquie et à la Grèce son intention d’utiliser la force contre les bateaux de la Flottille. Des pressions économiques sur la Grèce, en pleine crise économique, seraient aussi exercées afin que son gouvernement interdise le départ du bateau grec.

Le gouvernement français et les Nations unies doivent condamner de telles menaces contre une mobilisation citoyenne et non violente et assurer la protection des participants de la flottille. Ils doivent tenir compte des milliers de soutiens qui se sont exprimés au cours de la campagne Un bateau français pour Gaza.

La Flottille internationale est une action de la société civile, que la continuation du blocus de Gaza et l’absence d’actes de nos gouvernements a rendu nécessaire. Les Nations unies ont une nouvelle fois mis en cause le blocus. Pour le porte parole de l’UNRWA (1), « il est difficile de comprendre la logique d’une politique pensée par l’homme qui appauvrit de façon délibérée tant de gens et qui condamne des centaines de milliers de personnes potentiellement actives à une vie de misère ». Il ajoute : « le nombre de gens qui viennent à nous, vivant dans une pauvreté absolue avec à peine plus de 1 dollar par jour, a triplé depuis que le blocus a été imposé, il s’élève à 300.000 personnes, tandis que de nombreux projets de reconstruction sont toujours en attente d’approbation. L’avenir s’annonce sombre. »

Le gouvernement israélien a été clair, il utilisera la logique de la force, nous lui opposerons celle du droit. Face à l’intimidation, nous répondrons par notre détermination.

(www.unbateaupourgaza.fr / 18.06.2011)
 

 

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *